Charter for the Maritime Safety of Oil Tankers

 

The signatory parties of the Charter for Maritime Safety:

Ascertaining that the progress effected, since some years, in the application of the reinforcement of the technical and social regulations and the hardening of surveys for the transport of polluting and dangerous products are still insufficient,

Conscious that the protection of the environment and people requires a rapid evolution of rules and practices as regards maritime safety,

Considering that the development and long-term growth of maritime transport demands everyoneÆs commitment to reinforce safety measures in this industry,

Convinced that beyond the reinforcement of these means of control, it is necessary to take action at European and International level regarding reinforcement of regulations applicable to ships and crews, regarding enhancement and harmonisation of surveys, regarding improvement in the transparency of the maritime transport sector and regarding increasing the responsibility of the maritime transport operators,

Hoping, by its actions, to actively support the action of the States in favour of safety,

Willing to put in place -beyond the imperative respect of the whole of the European and International regulations in force and without waiting for the decisions of States or International Institutions- all necessary measures, and in all transparency, to avoid new catastrophes such as the Erika,

Have agreed, in the presence of Jean-Claude Gayssot, representing the French government, with the following :

Article 1

Relating to the structure and age of ships

The Charterers are to pledge not to use single-hulled ships later than 2008.

From now on, ships of 15 years and over, irrespective of their tonnage, will only be accepted in they have passed a technical stop in dry-dock in the 30 months preceding the charter. Furthermore, they ought to have been inspected in the last six months and registered in the Charterers' database on the quality of ships, the data base SIRE.

Article 2

Relating to the transparency of the management and ownership of ships

The Charterers are to pledge to only accept ships over 14 years of age which have been classed with the same classification society for at least two years. In case of change of class during this two-year period, the Owner will make all the information relative to the last technical stop and certificates concerning the Enhanced Survey Programme available to the Charterer.

The Voyage Charterers will require that the same operator will have operated the ship, at the date of Charter, for at least the last six months. In case of change of operator, the Charterer will verify the seriousness and quality of the new operator.%

3. The Charterers will privilege the resource of ships not having changed Ownership and/or Class numerous times and will foresee reinforced procedures in the case where they will be brought to charter such ships.

All signatory parties pledge to supply all necessary or significant data for the establishment and functioning of the EQUASIS database. The Charterers will notably participate in the advancement of this project by bringing-in their experience of the SIRE system and the data which it contains.

Article 3

Relating to social requirements

The Owners or Owner-Managers of ships should stay take care of use, as the case arises, only those employment agencies which respect the whole of the Conventions of the International Labour Organisation, and notably the standards in relation to training, conditions and hours of work.

The Owners or Owner-Managers ought to provoke the intervention of the inspection du travail maritime francaise ITMF (French Labour Inspectorate)

 

Article 4

Relating to Flags

 

The Shippers and Charterers should use only those ships flying the French Flag, the Flag of a country belonging to the European Union or the European Economic Community or flying a Flag of a State having ratified and effectively applying the conventions of the IMO and ILO, notably in relation to the standards of safety, inspection and training and qualification of crews.

 

Article 5

Relating to Safety Surveys

The Owners will obligatorily make a thorough inspection every 2.5 years in dry-dock of the hulls of their Oil Tankers and Bulks Carriers of 15 years age or more (instead of every 5 years today).

The Owners will put in place reinforced inspections from 15 years of age, instead of 20 years today. In this context, the periodical surveys of the ballast tanks of these ships will be made obligatory.

The Charterers will not take ships which do not respect points 1. and 2. hereabove.

 

Article 6

Relating to Classification Societies

The Classification Societies pledge to send the history of a ship in the case of a transfer of Classification Society.

In the case of an accident of a ship, the Classification Society will undertake, with co-operation of the Coastal State, to do its best to be able to send the technical file of the ship as quickly as possible.

The Classification Societies will actively participate in the putting into place of an audit system of their surveys by experts of the European Community and will favour common surveys with the inspectors of the Port State or the Flag State.

Those concerned with transport will support the steps undertaken in the direction of an increased efficiency and transparency of the activities of the Classification Society.

Article 7

Relating to the Insurance and responsibility of the Operators

 

The Operators, Charterers and Owners will undertake, each according to their concerns, to insure all the ships and cargo by companies presenting all the guarantees of seriousness and solvency.

With the intention of putting into place a measure more inciting and increasing responsibility for all parties, all those concerned with transport will support the steps aiming to raise the levels of responsibility and indemnification which would be able to be engaged in the framework of the conventions of CIC and FIPOL.

 

The signatories, for the part which concerns them,

With the intention of putting into place a measure more inciting and increasing responsibility for all parties, all those concerned with transport will support the steps aiming to raise the levels of responsibility and indemnification which would be able to be engaged in the framework of the conventions of CIC and FIPOL.

 

The signatories, for the part which concerns them,

Paris, 10th February 2000

FRENCH ORIGINAL TEXT

Charte de la sécurité des transports maritimes pétroliers
Les parties signataires de la Charte de la sécurité maritime
Constatant que les progrès réalisés depuis des années dans l'application et le renforcement de la
réglementation technique et sociale et le durcissement des contrôles pour le transport des
produits polluants et dangereux sont encore insuffisants,
Conscientes de la nécessité pour la protection des hommes et de l'environnement d'une
évolution rapide des règles et des pratiques en matière de sécurité maritime,
Considérant que le développement et la croissance à long terme du transport maritime exigent
un engagement de tous en faveur du renforcement des mesures garantissant la sécurité de cette
activité,
Convaincues qu'au delà du renforcement des moyens de contrôle, il est nécessaire de prendre
des mesures au niveau européen et international en matière de renforcement de la
réglementation applicable aux navires et aux équipages, de durcissement et d'harmonisation des
contrôles, d'amélioration de la transparence du secteur des transports maritimes,
d'accroissement des responsabilités des opérateurs de transport maritime,
Souhaitant soutenir activement par ses actions l'action des Etats en faveur de la sécurité,
Animées du désir de mettre en place, au delà du respect impératif de l'ensemble des
réglementations internationales et européennes en vigueur et sans attendre les décisions des
Etats ou des institutions internationales, toutes les mesures nécessaires, et en toute
transparence, pour éviter de nouvelles catastrophes telles que celle de l'Erika,
sont convenus, en présence de Jean-Claude Gayssot, représentant le gouvernement français, de
ce qui suit :
Article 1
Relatif à la structure et à l'âge des navires
1. Les affréteurs s'engagent à ne plus utiliser de navires à simple coque au plus tard à partir de
2008.
2. Dès à présent, les navires de 15 ans et plus, quel que soit leur tonnage, ne seront acceptés
que s'ils justifient d'un arrêt technique en cale sèche dans les 30 mois précédant la date
d'affrètement. Ils devront, par ailleurs, avoir fait l'objet d'un rapport d'inspection daté de
moins de six mois et enregistré dans la base de données des affréteurs sur la qualité des navires,
la base SIRE.
Article 2
Relatif à la transparence dans la gestion et la propriété des navires
1. Les affréteurs s'engagent à n'accepter des navires de plus de 14 ans que s'ils sont classés dans
la même société de classification depuis au moins deux ans. En cas de changement de classe
pendant cette période de deux ans, l'armateur mettra à la disposition de l'affréteur toute la
documentation relative au dernier arrêt technique et les certificats concernant le programme
renforcé d'inspection.
2. Les affréteurs au voyage exigeront que le navire, à la date de l'affrètement, soit opéré depuis
au moins six mois par le même opérateur . En cas de changement d'opérateur, l'affréteur
vérifiera le sérieux et la qualité du nouvel opérateur.
3. Les affréteurs privilégieront le recours à des navires n'ayant pas changé de nombreuses fois
de propriétaires et/ou de sociétés de classification et prévoiront des procédures renforcées dans
le cas où ils seraient amenés à affréter de tels navires.
4. L'ensemble des parties signataires s'engage à fournir toutes les données nécessaires ou
significatives pour la constitution et le fonctionnement de la base de données EQUASIS. Les
affréteurs participeront notamment à l'avancement de ce projet en apportant leur expérience du
système SIRE et les données qu'il contient.
Article 3
Relatif aux exigences sociales
1. Les propriétaires ou armateurs­gérants des navires veilleront à ne recourir, le cas échéant,
qu'à des sociétés de main d'uvre respectant l'intégralité des Conventions de l'organisation
internationale du travail, et notamment les normes en matière de formation, de conditions et de
temps de travail.
2. Les propriétaires ou armateurs­gérants pourront provoquer l'intervention de l'inspection du
travail maritime française.
Article 4
Relatif aux pavillons
1. Les chargeurs et affréteurs ne recourent qu'à des navires battant pavillon français, pavillon
d'un pays appartenant à l'Union Européenne ou à l'espace économique Européen ou battant
pavillon d'un Etat ayant ratifié et appliquant effectivement les conventions de l'OMI et de
l'OIT, notamment en matière de normes de sécurité, d'inspection et de formation et
qualification des équipages.
Article 5
Relatif aux contrôles de sécurité
1- Les armateurs feront obligatoirement une inspection approfondie de la coque de leurs
pétroliers et vraquiers en cale sèche tous les 2,5 ans dès 15 ans (au lieu de tous les 5 ans
aujourd'hui).
2- Les armateurs mettront en place les inspections renforcées dès l'âge de 15 ans, au lieu de 20
ans aujourd'hui. Dans ce contexte, des visites périodiques des ballasts de ces navires seront
rendues obligatoires.
3- Les affréteurs ne prendront pas de navires ne respectant pas les obligations des points 1 et 2
ci-dessus.
Article 6
Relatif aux sociétés de classification
1.Les sociétés de classification s'engagent à transmettre l'historique du navire en cas de
transfert à une nouvelle société de classification.
2- En cas d'accident d'un navire, la société de classification s'engage, en coopération avec
l'Etat côtier, à faire ses meilleurs efforts pour pouvoir communiquer au plus vite le dossier
technique du navire.
3- Les sociétés de classification participeront activement à la mise en place d'un système d'audit
par des experts de la Communauté européenne de leurs visites et favoriseront les visites
communes avec les inspecteurs de l'Etat du port ou de l'Etat du pavillon.
4- Les acteurs du transport soutiendront les démarches entreprises dans le sens d'une plus
grande efficacité et transparence des activités des sociétés de classification.
Article 7
Relatif aux assurances et à la responsabilité des opérateurs
1. Les opérateurs ­affréteurs et armateurs­ s'engagent, chacun pour ce qui le concerne, à
assurer tous les navires et leur cargaison auprès de compagnies présentant toutes les garanties
de sérieux et de solvabilité.
2. Dans le but de mettre en place un dispositif plus incitatif et responsabilisant pour tous, les
acteurs du transport soutiendront les démarches visant à augmenter les plafonds de
responsabilité et d'indemnisation qui pourraient être engagées dans le cadre des conventions
CLC et FIPOL.
Les signataires, pour la partie qui les concerne,
Fait à Paris, le dix février de l'an deux mille